Culture et patrimoine

Savoir-faire

Artisans des métiers traditionnels du bâtiment

En 2007, la MRC de Charlevoix procédait à la réalisation d’un inventaire des artisans des métiers traditionnels du bâtiment. Cette initiative s’inscrivait à la suite de certains projets réalisés précédemment, notamment la réalisation de l’Étude du patrimoine de la MRC de Charlevoix (Bergeron-Gagnon inc., 2000) et la publication du Guide d’intervention en patrimoine (MRC de Charlevoix, 2011), et visait à identifier les artisans aptes à restaurer les bâtiments patrimoniaux.

Produits par Cinémanima Inc. et réalisés par Nicole Catellier, les courts métrages suivants présentent ces artisans et leurs savoir-faire. Ils ont été produits afin d’assurer la conservation des connaissances et susciter un intérêt pour leur transmission. Les entrevues, de plus longues durée, réalisées au préalable, sont enregistrées sur DVD et peuvent être consultées au Centre d’archives régional de Charlevoix (9,rue Forget à Baie-Saint-Paul).

PRODUCTION 2010, par Cinémanima Inc.

Viateur Gaudreault, menuisier-ébéniste

viateur

Héritier du savoir-faire de son beau-père Lucien Bouchard, sculpteur et ébéniste, Viateur Gaudreault œuvre à l’assemblage de portes et fenêtres selon les techniques traditionnelles depuis 1975. Ces pièces uniques, fabriquées sur mesure, sont le fruit d’un travail long et minutieux. Du mobilier en bois rond confectionné avec son beau-père aux portes et châssis de sa propre maison, Viateur Gaudreault s’applique à une création où chaque cheville de bois et chaque gond sont taillés à la main.

Daniel Savard, artiste-forgeron

daniel

Issu du milieu des arts, Daniel Savard allie ingénieusement la création artistique aux techniques traditionnelles du forgeron. Depuis 2006, il anime la forge-menuiserie Cauchon, lieu historique remarquable et y manipule les outils d’autrefois. Daniel Savard se laisse inspirer par le lieu pour façonner la matière et y amener une touche de contemporanéité. Par ses animations, il transmet ses connaissances et préserve le savoir vivant.

Jean-Marie Thibeault, maçon tailleur de pierre

jean-marie

Dès l’âge de 14 ans, Jean-Marie Thibeault se trouve sur les bancs de l’école des métiers de La Malbaie pour apprendre la maçonnerie. Après quelques années de métier pratiquées chez des entrepreneurs, il devient lui-même entrepreneur à 24 ans. Aujourd’hui, avec ses fils Éric et Richard, il allie force et création, où le choix et la taille de chaque pierre sont déterminants pour la beauté du produit fini. Transposer dans chaque structure l’idée du client est le défi qui pousse ces maçons à appliquer tout leur talent.

Jean-Claude Tremblay, menuisier-charpentier

jean-claude

Dès son plus jeune âge, Jean-Claude Tremblay crée des outils avec les objets du quotidien. Après de longues années à œuvrer à titre de charpentier-menuisier, il démarre sa propre compagnie avec son fils François en 1976. Ils construisent un atelier dans un bâtiment voisin de la maison familiale. Puis son fils François poursuit son œuvre dans la fabrication d’armoires de cuisine. Monsieur Tremblay quitte en 1994 et relève un défi majeur en 1995, celui de la création d’une réplique de la goélette Marie-Clarisse au Musée maritime de Charlevoix. Cette expérience fut édifiante pour lui puisqu’il se consacre maintenant à la confection de bateaux en modèle réduit.

Jacques Vaillancourt, ferblantier-couvreur

jacques

Jacques Vaillancourt apprend les rudiments de son métier auprès de son père, Stanislas Vaillancourt, entrepreneur cuivreur. Dans son atelier de Saint-Urbain, il conçoit chaque pièce lui-même, avec des outils qu’il a souvent modifiés ou même inventés! L’innovation apportée dans les méthodes, techniques et outils de son métier, influence désormais les façons de faire partout au Québec. La qualité des matériaux et de sa fabrication permet la création de toitures qui dureront plus de 130 ans.

PRODUCTION 2011, par Cinémanima Inc.

Martin Brisson, sculpteur ébéniste

martin

Martin Brisson étudie les métiers d’art au Cégep de Limoilou et choisit l’option ébénisterie. Il intègre alors la sculpture à sa démarche de travail. Sa rencontre avec Gérard Thériault, sculpteur de Charlevoix, s’avère une source d’inspiration majeure. Rénovations, pièces moulurées, restauration de sculptures publiques, Martin Brisson s’initie à plusieurs spécialités et développe sa propre « quincaillerie ». Artiste ébéniste, il conçoit des enseignes et des produits de galerie, tout en s’imposant en art public par la réalisation de sculptures en bois et en pierre. Depuis une quinzaine d’années, ses mains apprivoisent les matériaux qui le passionnent.

Léonce Émond

leonce

Natif de Charlevoix, Léonce Émond a passé sa vie dans un atelier. Son père est menuisier, entrepreneur et ébéniste et explore aussi la sculpture naïve. Léonce fréquente tôt l’atelier de son père et apprend beaucoup avec lui. Devenu ébéniste, il poursuit sa formation en réalisant des stages en Europe, expérimentant, entre autres, la dorure, la marqueterie, le travail de la forge et la coloration ancienne. Il bâtit plusieurs maisons de pied en cap en les aménageant de meubles de son cru. Il se spécialise maintenant en art public, concevant des monuments et des sculptures extérieures intégrés au paysage.

Yvon Girard, ébéniste

yvon

Fils d’un cultivateur des Éboulements, Yvon Girard travaille d’abord à la ferme puis étudie en ébénisterie. Travailler le bois est alors pour lui tout un défi. Chacune de ses productions est unique et l’oblige à déployer son ingéniosité afin de les intégrer dans l’espace qu’il doit aménager. Dès l’âge de 32 ans, il démarre son entreprise. Il coupe son bois, construit son atelier et commence alors à fabriquer des meubles et des armoires de facture traditionnelle avec assemblage à tenons et mortaises. Doté d’un grand talent que reconnaissent ces clients, Yvon Girard est en mesure de reproduire ce qu’ils désirent à partir d’une simple photographie.

Mario Perron, artisan ébéniste

mario

La définition d’artisan sied à merveille à Mario Perron puisqu’aucune des pièces conçues en atelier n’est réalisée en série. L’entreprise qu’il a fondée emploie une équipe d’artisans charlevoisiens. La conception d’escalier est une de ses spécialités. Chaque composante de ces escaliers est produite à la main, souvent fabriquée à partir d’essences de bois provenant de la région et les formes créées contribuent à l’unicité du résultat. Chacun possède sa signature et ses particularités.  Un ouvrage d’art pour mettre en valeur l’espace habitable.


L’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel (IREPI)

L’IREPI est une initiative de la Chaire du Canada en patrimoine ethnologique. Il vise à identifier, à documenter et à valoriser des savoirs, des savoir-faire et des pratiques qui se trouvent sur le territoire du Québec et qui contribuent à sa richesse et à sa diversité. L’objectif de cet inventaire est de connaître et de reconnaître les porteurs de traditions et de permettre à l’ensemble de la population de découvrir ces personnes qui participent à la dynamique culturelle, économique et sociale de leur milieu, voire à le revitaliser.
De 2006 à 2008, des équipes formées de deux étudiants ont parcouru le Québec, dont la région de Charlevoix, durant la période estivale pour recenser des inventaires régionaux et identifier un certain nombre de porteurs.
Pour connaître les résultats de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel, cliquez ici.

Pour plus d’information :
Annie Vaillancourt, agente de développement culturel
418-435-2639 poste 6013
availlancourt@mrccharlevoix.ca