À la une

Résultats de la recherche-action participative CADJ : « Quand les jeunes prennent la parole »

01 avril 2016

CADJ_logosCOMMUNIQUÉ

Baie-Saint-Paul, 1er avril 2016 – Hier, au Camp Le Manoir des Éboulements, la santé, le bien-être et l’avenir des jeunes charlevoisien(ne)s était au cœur des préoccupations. Par les résultats de la recherche « Collectivités Amies des Jeunes (CADJ 12-35) : Quand les jeunes prennent la parole », réalisée avec 116 jeunes de Charlevoix, notre territoire dispose maintenant  d’un nouvel outil pour comprendre et mieux agir en matière de jeunesse.

Cette démarche innovatrice, vise l’amélioration des conditions de vie des jeunes citoyen(ne)s en s’appuyant sur leurs paroles et leur vécu, tout en visant leur mobilisation. Elle invite à intégrer davantage la perspective jeunesse dans les réflexions et les décisions liées au développement territorial.

Les défis sont nombreux

De ces 116 participant(e)s, 63 sont âgés entre 12 et 17 ans et 53 sont âgés entre 18 et 35 ans. Peu importe leur âge, ils sont préoccupés par le contexte socioéconomique et démographique du territoire. Ils partagent le désir de demeurer dans la région, mais perçoivent de nombreux défis principalement liés aux perspectives d’emploi, au pouvoir d’achat, à l’accès à la propriété (ex. terrains, maisons), à l’éducation, au transport et à leur rapport avec les autres.

 Malgré les défis, ils ont envie de rester

Malgré les défis, les jeunes sont fortement attachés à leur région et un ensemble d’éléments positifs leur donnent envie de demeurer sur le territoire ou d’y revenir. Pour rester, plusieurs sont prêts à faire des compromis sur le plan de l’emploi et du revenu. Or, le contexte de défavorisation matérielle et sociale et les inégalités socioéconomiques qui s’accentuent influencent la façon dont les jeunes envisagent leur avenir. En effet, tous les jeunes ne semblent pas voir et avoir les mêmes opportunités.

Principales recommandations

Pour que tous puissent se réaliser, tant sur le plan personnel que professionnel, il apparait nécessaire de reconnaître les jeunes comme des acteurs sociaux à part entière, de collectiviser et d’harmoniser les efforts pour améliorer leurs conditions de vie et d’intensifier nos actions.

En adéquation avec les axes de la politique jeunesse du gouvernement du Québec, nous croyons que ces résultats aiderons à mieux penser le développement et l’organisation de nos collectivités pour contrer l’exode des jeunes charlevoisiens, favoriser la migration des jeunes d’ailleurs et l’accomplissement de tous les jeunes du territoire.

Rapports synthèses « Quand les jeunes prennent la parole » 
– Rapport sur les 12-17 ans
Rapport sur les 18-35 ans

Pour information :
Émilie Dufour
Conseillère en développement social
Responsable de l’approche territoriale intégrée (ATI)
MRC de Charlevoix
Téléphone : 418 435-2639, poste 6990
Cell : 418 240-0507
edufour@mrccharlevoix.ca


Le collectif CADJ est composé d’un groupe d’acteurs communautaires, institutionnels et municipaux de Charlevoix qui souhaitaient mieux comprendre (volet recherche) pour mieux agir (volet action). Il s’est intéressé aux perceptions, préoccupations et aux aspirations des jeunes de Charlevoix, âgés entre 12 et 35 ans. Il souhaite que ces nouvelles connaissances puissent influencer les réflexions encadrant le développement territorial.

Le comité de coordination et de gestion de la phase 12-17 ans était composé de représentant(e)s de la Commission Scolaire de Charlevoix, des MRC de Charlevoix et de Charlevoix-Est, du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (secteur Charlevoix), du Réseau culturel d’initiatives collectives et de la Maison des jeunes La Baraque des Éboulements (mandataire de cette première phase).

Le comité de coordination et de gestion de la phase 18-35 ans était composé de représentant(e)s des MRC de Charlevoix et de Charlevoix-Est, du Carrefour jeunesse-emploi Charlevoix-Côte de Beaupré, du Réseau culturel d’initiatives collectives et de Places aux jeunes Charlevoix (mandataire de cette seconde phase)